Appareil High-tech

 Avancée technologique

 

BeBop, le drone caméra de Parrot peut survoler n'importe quoi jusqu'à 2km (centrales nucléaires s'abstenir)

 |  |  |  |  | |  | 

PAR JEAN-FRANÇOIS PREVERAUD PUBLIÉ LE 07/11/2014 À 16H32 , MISE À JOUR LE 10/11/2014 À 06H52

bebop-le-drone-camera-de-parrot-peut-survoler-n

Hasard du calendrier, à l’heure où de petits malins ne cessent de survoler nos centrales nucléaires, Parrot présente un drone caméra capable de voler à plus de 2 km de sa station de contrôle. Il offre le pilotage à vue sur un smartphone ou une tablette, ainsi que le pilotage immersif à l’aide de lunettes de réalité augmentée.

Parrot a présenté ce matin son Bebop Drone, un engin quadri-rotor de loisir emportant une caméra très performante, qui offre de multiples possibilités de pilotage.

La plate-forme volante comporte 4 moteurs brushless à haut rendement entraînant directement des hélices tripales qui s’arrêtent en cas de choc. Le tout est alimenté par une batterie lithium polymère de 1 200 mAh spécifique lui donnant une autonomie d’une dizaine de minutes. Un accéléromètre 3 axes, un gyroscope 3 axes, un magnétomètre 3 axes, ainsi qu’un capteur à ultrasons pour les altitudes de vol jusqu’à 5 mètres et un capteur de pression pour les altitudes supérieures, alimentent le logiciel qui permet de stabiliser la plate-forme même en vol extérieur. Une puce GNSS associe les données GPS et GLONASS pour géo-localiser le drone et aider à le stabiliser lors des vols extérieurs.

 

C’est Henri Seydoux en personne, cofondateur et président de Parrot, qui est venu présenter et faire la démonstration en vol du drone Bebop, insistant à la fois sur la maniabilité et la stabilité de l’engin.

« Nous avons pu développer ce drone de troisième génération grâce à l’engouement que suscitent les smartphones chez les développeurs de composants, tant matériels que logiciels. Conçu en un peu plus de trois ans il est le fruit de nos huit années d’expérience dans ce domaine. Il fait l’objet de nombreuses innovations et brevets. »

 

  Image Full HD

 

La caméra de 14 mégapixels conçue spécifiquement, mobile dans la plate-forme mais stabilisée sur les 3 axes via le logiciel embarqué, acquiert une image semi-sphérique Full HD (4096x3072 en photo ou 1920x1080p en vidéo). Depuis l’application de pilotage sur smartphone ou tablette (iOS,Android et bientôt Windows Phone) l’opérateur définit l’angle de prise de vue, le GPU du processeur Dual Core Parrot P7retraite alors l’image sphérique pour fournir l’image souhaitée redressée. Les vidéos et photos des paysages survolés sont enregistrées sur les 8 Go de mémoire flash du drone, tout en étant retransmises en direct sur l’affichage du périphérique de pilotage.

La liaison entre le drone et le périphérique de pilotage se fait grâce à deux antennes Wi-Fi bi-bandes utilisant les fréquences 2,4 et 5 GHz en MIMO (Multiple Inputs Multiple Output) assurant une liaison stable jusqu’à environ 250 m.

De 250 à 2 000 mètres de portée

Pour les utilisateurs souhaitant aller plus loin, Parrot propose unSkycontroller, s’apparentant à une télécommande de modélisme avec des manches de pilotage, qui dispose d’un amplificateur Wi-Fi et de 4 antennes à fort gain. Le périphérique de pilotage vient s’inclure au milieu de ce poste de contrôle pour assurer le pilotage à vue. La portée est alors de 2 km. Autant dire que l’engin de 410 g et d’une envergure de 38 cm est totalement hors de vue. Il faut le piloter grâce au retour d’images assuré sur le périphérique de pilotage.

                                               

Il est aussi possible de faire du vol immersif en connectant des lunettes de type FPV (First Person View). L’image issue de la caméra, augmentée d’informations de pilotage, est alors retransmise sur les oculaires des lunettes et celles-ci étant équipées d’un gyroscope, c’est le mouvement de la tête qui pilote les mouvements de la caméra.

           
                                             Le drone Bebop de Parrot en détail

Un vol intuitif

Outre les technologies embarquées, les développeurs du Bebop ont aussi soigné l’interface utilisateur pour rendre le pilotage accessible à tous. L’application FreeFlight 3.0 dispose notamment d’un bouton ‘‘Take off’’ pour assurer le décollage automatique et sa stabilisation à 1,5 mètre du sol, tandis qu’un bouton ‘‘Home’’ ramène automatiquement le drone à son point de décollage grâce au GPS, enfin un bouton ‘‘Landing’’ assure l’atterrissage automatique en douceur.

Il est aussi possible de partager ses informations de vol, voire ses photos et vidéos, sur une Pilot Academy, communauté des utilisateurs disponible sur le cloud.

Pour avoir le droit de jouer avec un tel appareil il vous en coûtera tout de même 499 euros, et 899 euros si vous ajoutez le Skycontroller. Mais un petit vol à l’intérieur de la verrière de la cour de l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris m’a conquis et donné envie de découvrir plein de monuments avec un œil nouveau.

Qu’il va être difficile de respecter les législations en vigueur !

Jean-François Prevéraud

 Cet ordinateur se contrôle uniquement à la voix

 Ubi est un appareil intelligent qui pourrait élever la domotique à un autre niveau.
 Il s’agit d’un ordinateur à commande vocale permettant de contrôler aisément les
 systèmes de la maison ( thermostat, éclairage ). Ce boitier au design sobre vient
 se brancher sur une prise murale et se connecte sans fil au réseau domestique.